Textes courts

La voiture garée dans la rue

Personnages : Nadia. - La juge des enfants.

La juge des enfants : Nadia, je suis contente de te voir.

Nadia : Ah bon.

La juge des enfants : Bien on ne savait plus où tu étais. Ton éducateur m’a dit qu’il n’arrivait plus à te joindre.
Tes parents…

Nadia : Eux ils s’en foutent de moi.

La juge des enfants : Tu crois ?

Nadia : Sûr qu’ils s’en foutent.

La juge des enfants : Tu as dit que tu ne voulais plus rester à la maison.

Nadia : C’est vrai.

La juge des enfants : Je peux savoir pourquoi ?

Nadia : Ca me regarde.

La juge des enfants : A ton âge, ça me regarde aussi , Nadia.
Tu as des problèmes ?

Nadia : Vous en avez pas vous des problèmes ?
On a tous des problèmes.

La juge des enfants : Il y a des problèmes à la maison ?

Nadia : Vous le savez bien, pourquoi vous me posez cette question, Madame la Juge ?

La juge des enfants : Je pose les questions que je veux, Nadia.

Nadia : Et moi je donne les réponses que je veux.

La juge des enfants : J’ai là un rapport de l’assistante sociale qui dit qu’à la maison il y a des problèmes d’alcool.
C’est çà ?

Nadia : Oui, c’est devenu plus possible, alors mon frère et moi on est parti.

La juge des enfants : Ton frère est majeur mais toi tu es mineure, Nadia.

Nadia : Qu’est ce que ça change que je sois mineure , ça change rien au problème.

La juge des enfants : Tu peux demander de l’aide, nous sommes là, ton éducateur et moi pour t’apporter de l’aide.
Mais je ne suis pas sûre que tu en veuilles.
Tu ne te présentes pas aux convocations, sauf aujourd’hui.
Tu vis où actuellement, Nadia ?

Nadia : Avec mon frère.

La juge des enfants : Oui, mais où ?

Nadia : Il a une voiture.

La juge des enfants : Et alors ?

Nadia : On dort dans la voiture…

La juge des enfants : Elle est où cette voiture ?

Nadia : Garée dans la rue.

La juge des enfants : Et pour manger et se laver ?

Nadia : On se débouille, avec les commerçants du coin.

La juge des enfants : Débrouille comment ?

Nadia : Réglo, on leur rend des petits services et on peut utiliser leur toilette et des fois la douche.

La juge des enfants : Qu’est ce qu’il fait ton frère ?

Nadia : Rien, il rend service aux commerçants.
A la fin des marchés, il aide à remballer et on lui donne de la nourriture.

La juge des enfants : C’est une vie ça ?

Nadia : Non. Mais je préfère ça plutôt que de voir mon père boire, s’énerver et le reste…

La juge des enfants : D’accord, mais tu ne peux pas rester à dormir dans une voiture.
J’envisage pour toi un placement dans un foyer.
Seulement il faut que ça se passe mieux que la dernière fois.
Tu te souviens de la dernière fois ?

Nadia : On m’a mal parlé.

La juge des enfants : Je lis : « Nadia a beaucoup de difficultés pour vivre en communauté, elle se braque et perd son calme dès qu’on lui fait une remarque sur son comportement ».
C’est une animatrice du foyer qui a écrit ça.

Nadia : Elle ferait mieux de dire comment elle parle aux gens celle-là, on n’est pas des chiens.

La juge des enfants : Il faut que toi de ton côté, tu fasses des efforts.

Nadia : Des efforts, j suis prête à en faire si on me respecte.

La juge des enfants : Et toi tu respectes les autres ?

Nadia : Oui, je les traite pas de naine ou de connasse, moi…

La juge des enfants : Je t’en félicite, mais est ce qu’on peut compter sur toi pour accepter les règles de vie dans un foyer ?

Nadia : Je veux pas aller dans un foyer, Madame, je veux rester avec mon frère.

La juge des enfants : Et vivre dans la rue…

Nadia : Là au moins, personne ne m’embête.

La juge des enfants : Personne ?

Nadia : Mon frère, il me protège.

La juge des enfants : Comment c’est to avenir pour toi, Nadia ?
Tu le vois comment ?
Tu vas rester toujours avec ton frère dans la voiture garée dans la rue ?

Nadia : Sûr que non.

La juge des enfants : Alors quoi ?

Nadia : Ben, je trouverai du travail et j’aurai assez pour bien vivre.

La juge des enfants : Il te faut une formation.

Nadia : Vous voulez que je fasse quoi, vendeuse ou femme de ménage ?
Moi je veux pas.

La juge des enfants : Qu’est ce que tu veux faire ?

Nadia : Je sais pas, mais je sais ce que je ne veux pas faire.
Et puis bientôt on va partir au bord de la mer et on trouvera du boulot sur la côte.

La juge des enfants : Pour travailler il faut avoir au moins seize ans.

Nadia : Je les ai bientôt.

La juge des enfants : Bon, soyons sérieux, je prends une décision de placement te concernant, dans un foyer.

Nadia : J’irai pas.

La juge des enfants : Tu iras et j’aimerai que ton frère passe me voir.

Nadia : Il est majeur, il dépend pas de vous.

La juge des enfants : Je sais, mais je voudrai que nous discutions ensemble de sa petite sœur.

Nadia : Je suis pas petite.

La juge des enfants : Excuses moi, de sa jeune sœur.

Nadia : C’est moi ça ?

La juge des enfants : Oui, c’est toi.

Nadia : Bon je lui dirai, en attendant, salut.

La juge des enfants : A quelle adresse je t’envoie la décision de placement, Nadia.

Nadia : « La voiture garée dans la rue » ça m’arrivera.

La juge des enfants : Pour sûr ça va t’arriver.

NOIR

Alain Gras